Qu'est ce que l'Assainissement Non Collectif ?

Imprimer Envoyer

 

L'eau fait partie de notre patrimoine, il est de notre responsabilité d'y prêter attention.

 

La qualité de l'eau est assurée par les collectivités. En effet, la mise en place de réseau séparatif (tout à l'égoût) et le traitement par des stations d'épuration permet de rendre au milieu naturel une eau traitée.
Il est évident qu'il n'est pas possible d'installer un réseau d'eaux usées pour toutes les habitations du territoire (contraintes du relief, économiques, hameau isolé...). Il est donc nécessaire que les habitations concernées participent au traitement des eaux usées qu'elles produisent. Dans ce cas de figure, on parle d'assainissement non collectif.

 

schema-fosse-septique 

L'assainissement non collectif en 4 étapes :

 

 

1ère étape : la collecte des eaux

 

La collecte des eaux usées de l’habitation (toutes les eaux ménagères et eaux vannes doivent être collectées. Elles sont acheminées vers le pré traitement.



2ème étape : le pré traitement

 

Le pré traitement est appelé communément fosse toutes eaux, dégraisseur. Lors de cette étape une dégradation biologique se déroule, on dit que les eaux sont pré-traitées.



3ème étape : le traitement

 

Le traitement des eaux usées. L’infiltration par le sol présent est une priorité, cependant la nature du sol ne le permet pas toujours, dans ce cas, il existe plusieurs solutions.

  •  Le sol est perméable, il peut être installé une filière traditionnelle
  •  Le sol n’est pas propice à l’infiltration :

- On reconstitue un milieu filtrant (exemples : sables, copeaux de coco, zéolithe, laine de roche…). On parle de filière compacte.
- Autres dispositifs, appelés souvent micro-stations utilisent soit une technique boues activées ou cultures fixées.
Ces dispositifs pour certains d’entre eux ne possèdent pas de pré traitement.

 



4ème étape : le rejet des eaux usées

 

Dans certains cas, il peut être demandé l’infiltration sur la parcelle mais le plus souvent les eaux traitées rejoignent le milieu naturel par le réseau pluvial communal ou départemental. Dans ce cas, il est nécessaire de demander l’autorisation de rejet aux communes ou au Conseil Général.