Les Amis du Sémaphore

Imprimer Envoyer

 

 

En 1987, le poste de Gardien du Sémaphore disparaît.·
Alors que le Sémaphore désaffecté allait être abandonné, des·Préfaillais ont décidé de se réunir pour y créer un musée. 

Il serait destiné à conserver le souvenir de l'activité des Sémaphores et l'Histoire de la Pointe Saint Gildas. Et en particulier celle des naufrages les plus significatifs qui se sont produits dans l'Estuaire de la Loire.

L’association s’appellait alors «·Fort et phares·»


A l'époque, le Sémaphore, et les huit hectares attenants, appartenaient à la Marine Nationale. Son acquisition devint possible à partir de 1999, quand l'emprise militaire a été supprimée. Mais d'importants travaux étaient nécessaires pour permettre l'accès du public au bâtiment. Et l'association ne disposait évidemment pas des fonds nécessaires. 


Elle a donc milité auprès des élus pour que soient obtenus des concours financiers indispensables.

En 2001,·la Municipalité de Préfailles a pu acquérir l'ensemble, puis rétrocéder un hectare de terrain et le Sémaphore à la Communauté de communes de Pornic.

Le Sémaphore devint le premier projet de développement touristique de la Communauté de Communes de Pornic.

 

 

 

Au printemps 2004, après l’achèvement des travaux, l'Espace Muséographique de la Pointe Saint Gildas ouvre ses portes au public.
L’association «·Fort et phares·» devient association des «·Amis du Sémaphore de la Pointe Saint-Gildas·». 


Elle s'organise autour de deux idées directrices :

  • L'aide à la navigation sous l'aspect Sémaphores, Phares et Balises
  • Les Naufrages qui ont marqué l'Histoire locale à différentes périodes : Le Juste et le Maidstone au 18ème, lors des conflits Franco-anglais, le Queen of South , un trois mâts de commerce au 19ème , le Saint Philibert en 1931 et le Lancastria en Juin 1940, une des plus grandes tragédies maritimes de tous les temps.


Une association différente des autres car elle ne procure aucun avantage à ses membres, ne sollicite aucune subvention et se consacre à une mission d'intérêt général. Elle a une vocation intercommunautaire et s'adresse à tous les habitants de la Communauté de Communes de Pornic.

 

 

 

  • Préserver un patrimoine

Le Sémaphore de la Pointe Saint Gildas représente une période de l'évolution historique d'un site, lieu de Guet et de Défense de la côte (en particulier contre les anglais) puis élément de la sécurité de la navigation dans une zone qui fût longtemps très dangereuse.

 

  • Compléter une offre touristique

Le site en lui-même est très pittoresque et attire une foule de visiteurs. La présence d'un élément culturel important comme les salles d'exposition du Sémaphore lui confère un attrait supplémentaire et complète avantageusement l'offre touristique des autres communes de la Communauté de Pornic.

 

 

 

Les actions de l'association 

 

  • L'assamisdusemaphore_canonociation pour but d'aider au rayonnement du Sémaphore par la publicité et à l'enrichissement de ses collections par des dons.

 

L'association a notamment fait don de plusieurs maquettes·de bateaux : "Juste", "Lancastria·», «·Maidstone·» et en 2012 celle du «·Queen of South·», visibles dans la salle des naufrages. 


Elle a également permis au Sémaphore de s'enrichir de deux canons de 18, qui proviennent du «·Juste·». Ils ont récemment quitté Nantes où ils décoraient l’entrée d’un bâtiment du Ministère de la Défense. Après leur rénovation et leur mise en place sur le site, ils rappellent la vocation défensive de la pointe Saint Gildas au XVIIIe siècle.



  • Des visites guidées périodiques sont organisées pendant les vacances scolaires ou sur demande.

Pendant ces visites, découvrez les installations de défense de la côte, mises en·place par l'armée allemande pendant la dernière guerre.

Point de départ de ces rendez-vous, le Sémaphore de la Pointe Saint-Gildas

  • Plusieurs conférences sont données chaque année, dans les différentes communes de la communauté de communes de Pornic.
  • Depuis 3 ans une bourse « Militaria » est organisée chaque année au printemps.
  • Les Amis du Sémaphore ont également un projet qui leur tient à cœur, celui de la restauration du corps de garde des miliciens garde-côtes daté de 1746, où elle espère installer une « scénographie ».